Les principaux allergènes dans la chambre à coucher

Une chambre bien aérée pour moins de pollution intérieure

Poussières, acariens, COV, malheureusement, les allergènes ne manquent pas dans l’air intérieur de nos chambres à coucher. Mais apprendre à les identifier et savoir où ils se nichent permet de mieux les combattre, alors suivez le guide.

Les acariens, dans la literie et le linge de maison

Les acariens, invisibles à l’œil, investissent nos literies dès que la température avoisine les 20°, autant dire qu’ils sont là en permanence. On les trouve aussi dans les rideaux, les tapis et les moquettes et, attention aussi, dans les peluches de nos enfants.

- Les bons matériaux : évitez les couettes en plumes naturelles, et choisissez des couettes et des oreillers spécialement traités contre les acariens.
- Les bons gestes : aérez la literie tous les jours, passez l’aspirateur une fois par semaine minimum, changez les draps chaque semaine. Et maintenez la température de la chambre à coucher à 18° maximum.

Les composées organiques volatiles, dans le mobilier de décoration

Les COV sont les résidus volatiles des produits chimiques contenus dans le mobilier de décoration, les revêtements de sols et de murs. Qu’il s’agisse de colle, de bois aggloméré, de vernis, ces composée organiques volatiles font l’objet d‘une surveillance rapprochée depuis le 1er janvier 2012, car ils sont rendus responsables de la pollution de l’air intérieur.

- Les bons matériaux : suivez les étiquettes, et tournez-vous vers des éléments de décoration, literie, mobilier et peintures porteurs de labels. A l’instar du label Home Care dans la literie et le mobilier : il s’agit d’un label de qualité et de sécurité qui assure au consommateur que le meuble acheté respecte sa santé et son environnement, qu’il ne comporte aucune substance nocive.
- Les bons gestes : aérez votre chambre au minimum 10 minutes par jour. Si vous avez effectué des travaux de peinture, sachez que le pic d’émission de COV se fait dans les 3 jours suivants. De même, le mobilier neuf libère des COV principalement dans les premières semaines suivant son achat.

La lessive, responsable des allergies de contact au linge de lit

La peau est en contact direct avec le linge de lit, attention donc à la lessive utilisée qui peut provoquer des dermatites de contact. Heureusement, depuis octobre 2005, les fabricants doivent indiquer la présence de substances allergènes dans la composition de leur lessive, dès qu’elles dépassent 100mg/kg.

- Les bons produits : optez pour une lessive en poudre, les lessives liquides présentent une plus forte concentration d’allergènes. Préférez aussi une lessive qui ne présente aucun parfum. Adieu aux effluves de fleurs ou marines. Et fiez-vous à la composition obligatoirement mentionnée.
- Les bons gestes : évitez de cumuler lessive plus adoucissant. Les premières intègrent souvent des principes adoucissants suffisants et la multiplication des parfums renforce le risque d’allergie.

© But