Sommeil et scolarité : les erreurs à éviter

Oreillers en latex Simmons

En pleine saison scolaire, la fatigue de nos enfants peut se faire sentir : manque d’attention, somnolence, et si le rythme de leur sommeil ne leur était pas adapté ? Pour faire le point, voici 3 grandes erreurs à éviter pour préserver le sommeil de nos bambins.

Rattraper un coucher tard avec une grasse matinée

Les enfants ont besoin d’horaires de coucher et de levers réguliers. Alors malheureusement, on ne rattrape pas un « coucher tard » avec une grasse matinée. Parce qu’un « coucher tard » décale les phases de sommeil paradoxal après le lever du jour, à un moment où la température corporelle et l’agitation ne sont plus favorables au sommeil. Le sommeil du matin est moins qualitatif et récupérateur parce que plus léger et fractionné.

Se coucher tard hors des rythmes scolaires

C’est mardi soir ? Vendredi soir ? Ce sont les vacances scolaires ? « Tu peux te coucher plus tard, il n’y a pas classe demain ». Nous l’avons tous fait, mais c’est une erreur ! 48,3% des élèves se couchent après 22h30 en période scolaire et 80,8% après 23h30 pendant les vacances : leur rythme de coucher n’est donc pas stable, ce qui entraîne une désynchronisation et un risque de fatigue important là chaque rentrée.

Céder aux écrans dans la chambre des enfants et des ados

Qu’il s’agisse d’ordinateur, de télévision ou de téléphone portable, l’incidence est réelle sur le manque de sommeil de nos jeunes ados d’autant qu’un décalage se crée entre ce que croient les parents et ce que font réellement les jeunes ados. C’est le constant fait par Sophie, infirmière scolaire dans un collège de la région parisienne* : « 45,7% des jeunes disent utiliser leur téléphone au lit alors que les parents ne sont que 16,7% à penser qu’ils le font ». Une fois couchés, les parents ne savent plus ce que font les ados dans leur chambre, pourtant ces derniers sont nombreux à veiller pour attendre la réponse à un SMS. Alors il est préférable que, de nuit, les portables restent à l’extérieur de la chambre.

*Evaluation des comportements des élèves de 3ème face au sommeil (251 élèves interrogés), année scolaire 2010-2011